Rentrée Culturelle 2018 – 2019 du Centre Culturel Kôrè de Ségou

27
1742

L’ouverture de la saison culturelle du Centre Culturel Kôrè (CCK) de Ségou a eu lieu ce samedi 7 avril 2018 dans les locaux du centre à Ségou. Créé en 2011, le centre a su se positionner comme une référence culturelle (sur le plan national, régional et/ou local). Avec un ancrage au niveau local, national et international à travers sa collaboration avec les artistes de la région, du Mali et d’Afrique, le CCK opère dans le cadre de trois composantes : – Arts et Éducation ; – Recherche et Centre de ressources ; – Production et diffusion.

Pour un «Entrepreneuriat Culturel & Changement Social »

La Saison Culturelle du CCK a pour thème : «Entrepreneuriat Culturel & Changement Social ». Cette thématique qui traite d’un idéal, de l’engagement des acteurs et organisations culturelles afin de contribuer à la construction d’un citoyen modèle, dans un Mali exemplaire. Le programme annuel du Centre Culturel Kôrè est, comme d’habitude, riche et varié avec des activités qui s’articulent autour des Arts Visuels, des Arts Vivants, du renforcement de capacité et de l’éducation artistique, du patrimoine, de l’encadrement, de la production et la promotion des jeunes talents, de la recherche et du développement.
A l’occasion de la célébration de sa rentrée culturelle du CCK, il y avait au programme ce Samedi 7 avril 2018, le premier numéro du Kôrè Baro (café littéraire / causerie-débat) autour du thème : « Etat et Participation citoyenne au Mali : Continuités, Ruptures et Bifurcations », animé par Dr. Mamadou Diarafa Diallo (Directeur Pays de l’ONG WaterAid Mali).
Petit résumé du livre : ÉTAT ET PARTICIPATION CITOYENNE AU MALI Continuité, ruptures et bifurcations

La citoyenneté au cœur de l’action culturelle

Au Mali, le parcours croisé de la participation citoyenne et de la construction de l’État est riche en enseignements. Aujourd’hui encore, le maillage institutionnel est incapable de produire une participation citoyenne réelle. L’auteur décrit d’abord ce parcours fait d’avancées, de ruptures et de bifurcations. Il identifie ensuite les utopies, les réalités mais aussi les promesses de la participation. Enfin, il propose ici un glissement de paradigme, d’approches et de supports.

Pour joindre l’utile à l’agréable, la journée s’est terminée par un concert avec le mythique orchestre Super Biton de Ségou, la formation Sahel Blues, les lauréats du concours Kôrè Hip Hop 2017 et l’un des jeunes rappeurs les plus en vue en ce moment au Mali, King KJ.

Formation internationale en entrepreneuriat culturel

Comme chaque année, en marge de la rentrée culturelle du Centre Culturel Kôrè (CCK), l’Institut Kôrè des Arts et Métiers (IKAM), en collaboration avec le CCK organise la formation internationale en entrepreneuriat culturel.
Cette formation s’est déroulée sur cinq (5) jours sur les modules suivants : l’entrepreneuriat Maaya, leadership & Maaya culture, gestion et structuration des entreprises culturelles, financement des projets culturels, l’histoire sociale et politiques des Arts, les droits d’auteur et droits voisins et enfin l’entrepreneuriat culturel et développement.
Ces modules, partagés par les experts internationaux et nationaux, venus du Togo/France (Francisco d’Almeida) du Congo/Sénégal (Luc Mayitoukou), du Sénégal (Ibrahima Wane) et du Mali (Mamou Daffé), avec les participants engagés du Burkina, du Togo, du Mali et de la Guinée Conakry. (Environ une vingtaine de jeunes).
Le programme consistait à animer les contenus théoriques dans la matinée et les après midi étaient consacrés aux rencontres B to B et au Patriarche. Ce dernier espace (patriarche) étant un cadre d’échanges et de partage d’expériences entre les ainés et les jeunes, a permis aux participants de retenir, des conseils très avisés de la part des formateurs.

Après la visite d’entreprise effectuée au Centre N’Domo de Pélengana où les participants ont eu de bels échanges avec Boubacar Doumbia (le promoteur) sur le modèle entrepreneurial de cette structure, la formation s’est clôturée par une cérémonie sobre autour d’un méchoui après la remise symbolique des certificats Kôrè-Qualité et des attestations de formation.

Ataher Maiga

Contributeur Ségou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here