#JeudiCulture: DES TALISMANS EN TOILES

Jadis connu en Afrique comme étant un objet de protection chez les hommes de cultes plus particulièrement dans la confrérie des Donso, Ange Dakouo trouve au Talisman une source d’inspiration assez nourrie qui donne une originalité sans faille et mature à ses créations. Ayant utilisé plusieurs matières pour d’autres œuvres, il avoue avoir un goût particulier à l’usage de Talisman sur ses œuvres, puisque cela relève de l’une de ses dévotion qu’est la valorisation de sa culture. Je dis culture !

0
483

Talisman ou gris-gris encore appelé amulette est un outil de protection des Donso, une société sécrète d’Afrique dont l’activité principale était la chasse, la protection des personnes et de leurs biens contre toute menace qui soit naturel comme surnaturel.

Des œuvres en Talisman

Conscient de la grandeur des cultures de son pays, ce jeune artiste a eu l’idée de travailler sur cette confrérie et a choisi parmi tous ses outils le Talisman, dont il ne déliait jamais. Une première rencontre était dans le cadre des soutenances de fin de cycle au conservatoire de Bamako. Après ce travail, l’artiste ayant en connaissance qu’il n’avait pas été le premier à travailler sur la confrérie Donso et ses Talisman, il s’est vue tenu d’échapper à l’idée de répétition, a approfondie ses recherches afin d’en donner plus de particularité et d’originalité. Ange Dakouo, construit des installations avec des Talismans dont il est le plasticien de toute pièce. « Je fais mes Talismans avec des journaux, des fils de coton, le tout fait de tissage, et en fin de la peinture en acrylique pour réaliser mes œuvres » a-t-il dit. Appartenant à la même couche sociale que les Donso, l’artiste se sent ambassadeur et gardien de la survie de sa culture et porte aux profanes ce qu’il a le droit de montrer. Ce qui explique à ses dires le choix des Talismans parmi tant de matériaux pouvant conclure à des œuvres.

De l’artiste Ange Dakouo

Né en 1990, Ange Dakouo est l’un de ses jeunes artistes peintres, pétri de talent. Multidisciplinaire du secteur, en plus de la peinture il travaille également la sculpture, l’installation et même la vidéo tout en restant ouvert à plus de techniques et de matériaux pour apporter plus d’amélioration à ses œuvres comme le tissage, le collage… Diplômé depuis 2017 du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia de Bamako, il est également membre fondateur du collectif Tim’Art avec lequel il produit régulièrement dans différentes salles d’expositions de Bamako, Ségou, Dakar. Ayant exposé dans plusieurs galeries du pays et de l’extérieur, Ange Dakouo a fait sa première exposition solo « Les Boites Rouges », qui a eu lieu en 2018 à Taxi Bamako. En 2019, ses travaux étaient présentés dans le cadre de l’exposition « Les Tisseurs de Liens » à la BICIM, puis dans une installation solo à la Villa Soudan, Bamako ; il a également été invité à la foire AKAA 2019, Paris et a exposé à l’espace Commines et plus récemment à la Galerie Trames dans le cadre du Parcours 2020 à Dakar.

Du collectif Tim’Art

Ouvert depuis 2014, Tim’Arts est un collectif d’artistes plasticiens, qui depuis sa création sert de nids aux jeunes artistes plasticiens mais aussi aux amateurs des arts de la peinture, sculpture, de l’installation, avec comme objectif majeur à l’accès à la culture. Disposant d’un atelier, de 2014 à nos jours, ce collectif à réaliser plusieurs expositions collectifs comme l’indication son fondement. Servant de liens entre les exposants et les galeries d’arts, ils sont à la clé de plusieurs expositions chez différents galeristes comme «INDEPENDANCE, je me libère et j’évolue», à l’atelier Tim ‘Arts.

A noter que le collectif Tim’art est une initiative de Mariam Ibrahim MAIGA en association avec Ange DAKOUO, Ibrahim DOUMBIA, Seydou TRAORE et Fatouma Aiya ATTAHIROU ; ayant pour objectif de faire la promotion de l’art et de la culture, tout en participant au développement social et culturel de la jeunesse. 

Fama Mademba Sacko.